1988, GP des USA, Pierluigi Martini marque le 1er point de l'écurie.

Forza Minardi





| Blog & News | Les changements (Transferts, Calendrier, Classement) pour la saison 2017 de F1 |



Interview De Gian Carlo Minardi


À l’occasion de l’Historic Minardi Day, nous avons posé des questions à Gian Carlo Minardi qui nous a fait l’honneur de nous répondre très simplement, malgré son emploi du temps chargé. Toute l’équipe de France Monoplaces et de France Racing, ainsi que Les Minardistes, remercient M Minardi pour sa gentillesse.

Minardi, c’est une marque connue des fans de Formule 1 qui suivaient la F1 avant les années 2010. Arrivée en Formule 1 en 1985 après avoir fait ses armes en F3 et F2, Minardi restera contre vents et marées en Formule 1 jusqu’en 2005. À la fin de cette dernière saison, Red Bull rachète la totalité de l’équipe et la rebaptise Scuderia Toro Rosso.

La Scuderia Minardi est l’équipe la plus aimée des Italiens après la Scuderia Ferrari. Après la victoire de Sebastien Vettel en 2008 à Monza sur une Toro Rosso à moteur Ferrari, les tifosis étaient doublement heureux, Ferrari était sur la première marche du podium via une équipe cliente et l’ancienne équipe Minardi remportait sa première victoire. Un grand moment pour tous les fans de Minardi dans le monde.

Minardi c’est aussi une école qui a permis à de jeunes talents italiens, mais pas seulement, d’éclorent d’abord en F2 comme Miguel Angel Guerra ou Gian Carlo Martini (l’oncle de Pierluigi) et bien sûr en Formule 1 avec Pierluigi Martini, Michele Alboreto, Andrea de Cesaris, Adrian Campos, Alessandro Nannini, Alessandro Zanardi, Gian Carlo Fisichella, Jarno Trulli, Fernando Alonso ou encore Mark Webber.

Minardi a permis à de jeunes pilotes français de faire leur début en Formule 1, comme Jean-Marc Gounon en 1993 avant d’aller chez Simtek, ou encore Stéphane Sarrazin en 1999 avant de continuer son rôle de pilote d’essai chez Prost Grand Prix en 2000 et 2001, puis chez Toyota en 2002.

Après le rachat par Red Bull en 2005, Gian Carlo Minardi refuse de participer à la gestion du « Junior Team Red Bull » et travaille avec la Fédération italienne de l’Automobile pour continuer son rôle d’aide aux jeunes pilotes et dénicher les talents de demain. Il est aidé en cela par son fils Giovanni qui manage de nombreux pilotes. L’un d’eux, Davide Rigon est arrivé jusqu’en Formule 1 comme pilote de développement de la Scuderia Ferrari.

L’entretien a été réalisé par courriel avec l’aide précieuse d’Alberto Tonti du Minardi Management, que nous remercions.

À quel âge êtes-vous tombé dans le sport automobile ?

En 1972, je travaillais pour la Scuderia del Passatore qui a couru en F. Italie et Formule 3, et est devenue en 1974 la Scuderia Everest en Formule 2. À la fin de 1979, Everest arrête son parrainage des compétitions. Je décide d’acheter tout le matériel et de fonder l’équipe Minardi pour courir en Formule 2 en 1980.

Comment est née la Scuderia Minardi et dans quel but ?

En 1980, je fonde l’équipe Minardi pour courir en Formule 2 avec de jeunes pilotes tels que Guerra, Nannini, Alboreto… À un moment donné, nous étions trop grands pour une équipe de F2, mais trop petit pour F1…. Nous avons décidé, cependant, de faire le grand saut en Formule 1.

Pouvez-vous revenir très rapidement sur le passage de Minardi en F1, les joies, les échecs ?

Le meilleur moment était le 5 avril 1985, lorsque la voiture est entrée pour la première fois sur la piste au Brésil. À ce moment-là, j’ai compris, nous étions en F1. Je ne pensais pas que cette belle aventure allait durer 21 saisons.

Pourquoi avez-vous décidé de poursuivre l’aventure après le rachat de Minardi par Red Bull en 2005 ?

Après l’arrivée de Red Bull, j’ai continué mon travail avec la Fédération italienne pour promouvoir les championnats et les pilotes italiens. Mon ADN a toujours été de travailler avec les jeunes.

Puisque nous parlons de Red Bull, quelles sont vos relations avec Toro Rosso ?

Aujourd’hui, avec la Scuderia Toro Rosso, il y a de nouveau du respect et grâce à notre coopération mutuelle, nous avons réussi à organiser l’Historic Minardi Day.

Pouvez-vous nous parler de Minardi aujourd’hui, le management, la gestion sportive ?

Aujourd’hui, je travaille aux côtés de la Fédération italienne et de l’École fédérale pour le secteur sports mécaniques. Notre objectif est d’aider les jeunes pilotes dès le karting. Mon fils, Giovanni gère la gestion sportive et il suit la carrière de certains pilotes à la fois en kart et en formules de promotions.

L’Historic Minardi Day a été pour moi une grande journée, pour vous aussi j’imagine, comment est née l’idée d’organiser une telle journée ?

The Historic Minardi Day était une belle journée de sport, ouvert à tous les fans, ce qui m’a fait plaisir, c’est de retrouver tant d’amis. Imola a de nouveau accueilli la Formule 1 et beaucoup de voitures.



ITW que nous avons à l’origine publié sur FranceMonoplaces.fr.